Tags

, , , , , ,

Il y a maintenant un an, Suzanne et moi annoncions au monde(!) que nous avions décidé de passer quelques années à Paris. Nous voulions tenter l’expérience de vivre à l’étranger et s’immerger dans une autre culture. Vous étiez unanimes dans votre réaction: “Ah! Paris! Comme vous êtes chanceux!” Nous aurions annoncé que nous déménagions ailleurs dans le monde, je suis sûr que la réaction aurait été moins enthousiaste. En fait, les seules personnes qui demeuraient perplexes ou nous traitaient de cinglés étaient… des Parisiens! Je me souviens de cette dame française rencontrée par hasard dans un restaurant de la rue du Faubourg Montmartre en février 2012 lors de notre visite de reconnaissance. Lorsque nous lui avions dit que nous quittions le Canada pour un séjour de longue durée à Paris, sa réaction fut viscérale: “Ça ne va pas la tête?” Il s’avérait qu’elle demeurait à Montréal depuis 20 ans et s’y trouvait très bien.

Cette aura autour de Paris ne date pas d’hier. En fait, il faudrait peut-être blâmer Hollywood pour l’image romantique et dorée qui émane de Paris puisque la Ville-Lumière a été représentée dans plus de 800 films américains. Et je dis bien “représentée” car pendant bien des années, les films qui se déroulaient à Paris étaient tournés à Hollywood! Le français à béret, baguette sous le bras et cigarette au bec, on a plus de chance de le voir dans un film de Vincente Minelli que sur les Grands Boulevards aujourd’hui!

Plus j’habite Paris, plus j’y vois une ville schizophrène qui balance entre la beauté de son architecture et de son plan urbain, et des aspects misérables un peu plus troublants. Pensons d’abord au nombre élevé et grandissant de sans-abris, ou sans domicile fixe (SDF) comme on les appelle ici. En réalité, personne ne sait combien ils sont à Paris. Vingt mille? Cinquante mille? Cent mille? Il y a trop d’agences différentes qui s’en occupent pour avoir un décompte précis. Et sachez que les Parisiens ont une acceptation plus grande des SDF que la moyenne nord-américaine ce qui fait qu’ils “habitent” un peu plus les infrastructures comme le métro.

Il y a aussi toute la question de la propreté des espaces publics. Malgré tous les efforts faits par la ville pour nettoyer rues et trottoirs, c’est une bataille perdue. Notre immeuble donne sur une rue passante qui attire une foule bigarrée qui semble prendre un malin plaisir à tout jeter sur le trottoir, à côté des poubelles. Le matin, tout est propre car les équipes de nuit sont passées, mais à 20 heures, le spectacle peut être désolant. Et malgré une diminution remarquable des déjections canines, il n’est toujours pas recommandé de marcher le nez en l’air plus de 20 mètres! Et si cela s’arrêtait aux déjections canines… On ne remarque plus (ou presque) l’odeur d’urine dans plusieurs recoins. Et lors de notre retour de Marseille il y a quelques semaines, c’étaient des excréments humains au bas de l’escalier qui menait au quai! Bienvenue à Paris!

Plusieurs commentateurs, français et étrangers, s’inquiètent de cette situation. Un journaliste anglais qui réside à Paris écrivait l’autre jour que le touriste qui prend l’Eurostar entre Londres et Paris part d’un joyau, la gare St. Pancras, et arrive dans un dépotoir, la Gare du Nord. Son propos, un peu alarmiste, exprime quand même bien l’impression qu’a un touriste lors de son arrivée, sans compter le risque de se faire arnaquer par la faune suspecte sur le parvis.

Vous vous doutiez bien que Paris n’était pas toujours romantique et dorée. Nous aussi d’ailleurs! Le fait que le vernis craque par endroit, on finit par s’y faire. Et tant que les côtés positifs l’emportent largement sur les côtés négatifs, Paris demeure un endroit merveilleux. Nous savions très bien que La Fabuleuse vie d’Amélie Poulain, c’était du cinéma!

A year ago Suzanne and I announced to the world(!) that we would move to Paris for a few years. We wanted to try the experience of living abroad and immerse ourselves in another culture. You were unanimous in your response: “Oh Paris! You are so lucky!” We would have announced that we were moving anywhere else in the world, I’m sure the reaction would have been less enthusiastic. In fact, the only people who seemed sceptic or thought we were lunatics were… Parisians! I remember a French lady we met by chance in a restaurant on rue du Faubourg Montmartre in February 2012 during our scouting visit. When we told her that we were leaving Canada for a long stay in Paris, her reaction was visceral: “Are you out of your mind?” It turned out she had been living in Montreal for 20 years and was very happy about it.

The aura around Paris didn’t start yesterday. In fact, we could blame Hollywood for the romantic and golden image emanating from Paris since the City of Light has been shown in over 800 American movies. Even though for many years, the films that took place in Paris were actually filmed in Hollywood! Today, you are more likely to see a Frenchman wearing a beret, baguette under his arm and a cigarette in his mouth in a Vincente Minelli movie than on the Grands Boulevards!

The more I live in Paris, the more I see a schizophrenic city that balances between the beauty of its architecture and its urban plan, and its disturbing seediness. The first thing that comes to mind is the high and increasing number of homeless people. In reality, no one knows how many there are in Paris. Twenty thousand? Fifty thousand? One hundred thousand? There are too many different agencies caring for them to have an accurate count. And since Parisians have a greater tolerance for homeless than the average North American, their presence is seen more openly in places such as the metro.

There is also the issue of the cleanliness of public spaces. Despite all the efforts by the city to clean the streets and sidewalks, it is a lost battle. Our appartment is on a busy street that attracts a diverse crowd that seems to take pleasure in throwing their trash on the sidewalk, just beside the trash can. In the morning, everything is clean, but at 8pm, it is depressing. And despite a remarkable decrease of dog excrement on the sidewalk, it is still not recommended to walk with your nose in the air for more than 20 meters! And if it stopped with dog excrement… We don’t notice any more (or almost) the smell of urine in several places. And on our return from Marseille a few weeks ago, it was human excrement that we found at the bottom of the stairs leading to the platform! Welcome to Paris!

Several commentators, French and foreign, have raised concerns about this situation. An English journalist who lives in Paris wrote the other day that the tourist who takes the Eurostar between London and Paris starts its journey in a jewel, St. Pancras Station, and arrives in a dump, Gare du Nord. It’s a little bit exagerated, but sometimes I feel for the tourist who arrives here and has to go through the line of dubious characters outside the station.

You already knew that Paris was not always romantic and golden. We did too! Even if the varnish cracks in places, we can make do. And as long as the positives far outweigh the negatives, Paris is an amazing place to live. We knew very well that the scenes of Amélie was only a movie!

Je vous quitte sur des photos dorées de Paris! / I leave you with golden pictures of Paris!Opera_IMG_4245Deux photos prises de la terrasse panoramique des Galeries Lafayette / Two shots taken from the panoramic terrace on top of Galeries Lafayette (Photos – Pierre)

[Auteur/Author: Pierre]