Tags

, , , ,

Sous un ciel couvert d’une brume matinale assez épaisse qui tardait à lever, nous sommes partis à pied vers Fira par les petites routes en montagnes russes qui nous évitaient de marcher sur les routes principales avec des trottoirs quasi inexistants. Pour se rendre au vieux port d’où partent les croisières pour la caldera, nous avons emprunté les escaliers qui descendent les 260 mètres qui séparent la ville du port. C’est une descente assez facile, quoique longue et parfois odorante en raison des ânes qui l’empruntent.

Le départ s’est fait à l’heure prévue et une vingtaine de passagers étaient à bord. En une quinzaine de minutes nous étions rendus à l’île où se trouvent les multiples cratères créés par les nombreuses éruptions qui ont touché Santorini. Sur l’île, nous avions une heure pour marcher vers le cratère principal. C’est au retour vers le bateau que les vues sont les plus belles et c’est à ce moment que de belles éclaircies sont apparues. L’autre étape de l’excursion était un arrêt à des sources d’eau chaude accessibles seulement à la nage. Avec une température de l’eau à 12C, seuls quelques braves ont tenté l’expérience.

Au retour, les vues sur Santorini étaient splendides et nous faisaient apprécier notre décision de venir ici malgré le foutu virus. Pour retourner à Fira, nous avons opté pour la marche et grimper les quelques 600 marches, malgré les efforts du muletier pour nous faire monter à dos d’animal. C’est une montée qui s’est avérée plus pénible qu’on pensait en raison du soleil qui tapait dur sur la falaise. On s’imagine mal faire une telle montée en été en plein soleil d’après-midi!

Under a sky covered with a rather thick morning mist that was slow to rise, we set off on foot towards Fira via the small roller coaster road which avoided us walking on the main road with almost non-existent sidewalks. To get to the old port from where the cruises to the caldera leave, we took the stairs that descend the 260 meters that separate the city from the port. It’s a fairly easy descent, although long and sometimes fragrant due to the donkeys that use it.

The departure was on time and around 20 passengers were on board. In about fifteen minutes we had reached the island where there are the multiple craters created by the numerous eruptions that hit Santorini. On the island, we had an hour to walk to the main crater. The views are most beautiful on the way back to the boat and it is at this point that the sky started to clear. The other stop on the excursion was a stop at hot springs accessible only by swimming. With the water temperature at 12C, only a few brave people went to the springs.

On the way back the views over Santorini were splendid and made us appreciate our decision to come here despite the virus. To return to Fira, we opted for walking and climbed the 600 or so steps, despite the efforts of the donkey driver to get us on the back of an animal. It’s a climb that turned out to be more strenuous than one thought due to the sun beating hard on the cliff. It’s hard to imagine doing such a climb in summer in the full afternoon sun!

Vue du cratère / View of the crater

Le long de la descente vers le port / On the way to the harbour

Une vue de l’escalier qui descend vers le port / A view of the stairs going down to the harbour

Un des cratères de Nea Kameni / One of the craters on Nea Kameni

Vue de la côte de Santorini / View of the Santorini coastline

Un paysage très volcanique sur Nea Kameni / Volcanic landscape on Nea Kameni

Vue de Palia Kameni / View of Palia Kameni

Église de Saint-Nicholas sur Palia Kameni / Saint-Nicholas Church on Palia Kameni

Relaxation sur le bateau de croisière / Relaxing on the cruise boat

[Auteur/Author: Pierre & Suzanne]